Nature Morte 3

D’une oreille à l’autre – végétales

(silence)

tu demeures dans le flux – tu attends

– le –

son d’une vive étincelle, foyer enclosé,

entouré des mailles tendues de la lourde chaîne

il n’y a de couleurs dans la nuit

que le vif glacier des étoiles roides

dans leur manteau maculé de ténèbres

– et le brouillard tombe – les premiers frimas

dégoulinent sur le monde

mangent ton œuvre

Puis l’étincelle entre les maillons,

s’embrasent les couleurs

s’embrassent les tons

s’unissent les pigments

mangent les frimas –

pulse un cœur de printemps arrivé

sans crier, sans frémir

sous une main cachés

– ta main –

poussent les blés – blonds ou orangés

puis quand les mailles s’étirent et s’effritent,

un œil s’ouvre.

D’une oreille à l’autre – végétales

(battement de cil)

Tu demeures dans le flux

Et tu attends.

 

 

 

 

Publicités

À propos de Thomas Geha


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :