Nature morte.

"que naisse..."Elle marche les yeux aux anges dans un délire profond – de ces nuages qui lui cachent les pupilles – iris des rivières qui poussent dans un regard jaune, plein d’éclat

et je marche sur un soldat sorti de terre sans un soupçon de remords – de ces gardiens de friches inconnues perdues dans nos espérances, soldat de feuilles à moitié fanées

dans son rêve de nature la nature éclot et le vert et le jaune et le rouge et le bleu explosent, dans ses mains naissent les espoirs

alors que mes pieds nus foulent des milliers d’épines vénéneuses, et mon nez respire un pollen empoisonné, mes yeux s’arrêtent sur ses yeux

la terre tremble sous son poids de plume – elle est déesse-oiseau quand elle le veut,

des iris jaunes éclosent dans mes yeux

Mon corps est une tige verte de feuilles longues, humides et dressées et je marche sur un soldat blessé que mes nouvelles élémentaires racines enlacent – la vie.

Elle marche les yeux aux anges dans un délire profond

et je songe à la retrouver

que naisse.

Publicités

À propos de Thomas Geha


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :