serial sérieux number Ouane.

Nouvelle rubrique sur mon blog.  Des compte-rendus d’épisodes de séries télé. Tout ça sera chaotique, absolument sans aucun doute aucun sans chronologie cartésienne. Et plein de spoilers, de fautes, d’erreurs de syntaxe, mais j’m’en fous.

______________________

Episode 1 saison 4 : Torchwood

Qu’on se le dise, Jack Harness et Gwen sont de retours… sur Starz, chaîne câblée américaine à l’origine du très périssable Spartacus. Hum, ça se voit. Starz a mis le paquet pour américaniser tout ça : résultat, une histoire qui commence sur les chapeaux de roues avec une idée pas trop mal (plus personne ne meurt), mais qui se la joue un peu trop boum-boum Becker. Ca canarde dans tous les coins, ça file à 100 à l’heure, la pyrotechnie est au top… Alors, bon, on attend de voir où tout cela mène, mais j’ai d’ores et déjà été assez déçu par ce premier épisode tape à l’oeil et pas vraiment dans la continuité des Children of Earth. Reste qu’on est pourtant content de retrouver Jack Harness et Gwen. Je laisserai donc une chance à la suite de me convaincre.

_________________________

WHITE COLLAR  saison 3 épisode 6

Série toujours aussi sympahique, d’autant que cette saison-ci apporte, je trouve, un peu de piment par rapport à la précédente où l’on commençait à s’en balancer royal de Caffrey et de sa femme disparue. Dans cet épisode, notre Neil Caffrey pas national est sur la trace d’un jeune voleur qu’il surnomme vite « Robin à la capuche » (mais oui! Ridicule, ce que Neil a quand même le bon sens de relever) ; ce dernier vole les riches pour donner aux pauvres.  Bien sûr Neil est attendri, le petit Robin lui rappelle ses débuts d’escroc. Cro mignon. Même Peter Burke, l’homme à la mâchoire de Texan, se laisse attendrir. Il est sympa, ce Peter. Bref, le scénar de cet épisode est… mignon et se laisse découvrir avec un certain plaisir, d’autant que Sara, la nouvelle copine de Caffrey cette saison (J’veux la même, j’veux la même, ceci est un appel), commence à prendre une importance intéressante dans la vie de notre héros et donc dans l’intrigue. A part ça, Mozzie est fidèle à lui-même, mais hélas un peu trop en retrait dans l’épisode. Les scènes où il apparaît font bien sûr avancer légèrement l’arc principal de cette saison, à savoir Neil et Mozzie vont-ils réussir à prendre la poudre d’escampette avec leur trésor volé aux Nazis (bon d’accord, les nazis en questions s’en foutent, ils sont morts) ? Pendant ce temps-là, Peter et sa morale de redresseur de torts veille au grain… il nous promet, et c’est amené aussi subtilement que l’éléphant dans le magasin de porcelaine, qu’il remettra Neil Caffrey dans le droit chemin. Inutile de dire qu’on attend ça avec impatience, hein. J’ai dit que j’aimais Peter ? Soi-disant « l’homme le plus intelligent » que Neil ait jamais rencontré. Ah, ah.

____________________________

White Collar saison 3 épisode 7

Oh… comme c’est cute. La pauvre Sara (mais j’veux quand même la même) manque de pot. Des pirates informatiques ont volé tout son blé, et accessoirement celui de sa banque. Elle s’en rend compte alors que Neil fait le mariole en devinant son code de carte de crédit devant un distributeur. Mais Neil n’y est pour rien, nan, juré, et Peter Burke, ce cher Peter, est direct sur la brèche. Il est pas content, Peter. Le méchant pirate, il a aussi dépouillé les pauvres (dont Sara) (la pauvre). Du coup, et là on se dit que s’est un coup monté par Neil, Sara, démunie comme l’arbre d’automne, n’a d’autre choix que d’aller vivre chez Caffrey… et Mozzie qui, avec son aplomb habituel, alors qu’il croit que Neil arrive seul, commence à parler du trésor Nazi mais trouve une magnifique pirouette pour s’en tirer : il regardait un porno. Clac l’ordi se ferme. Ouf, Sara, hummm Sara, n’a rien vu. Fin de la parenthèse.
Parce que l’épisode dans tout ça… il s’en passe des trucs. C’est compliqué cette histoire de hacker. D’abord le hacker n’est pas vraiment un hacker et n’est surtout pas le hacker qu’on pourrait croire : en réalité le hacker est une hackeuse sexy et geek (le scénariste a bien potassé ses clichés), que Mozzie, tout frétillant va apprendre à connaître. On est content d’apprendre qu’il n’est pas puceau. En plus elle est gentille et mange des corn flakes. Grâce à elle, Peter et sa bande d’incorruptibles seront mis sur la piste du vrai hacker, qui est un homme en costard cravate pas drôle. Pendant ce temps-là, Sara porte une jolie robe verte ; ça lui va très bien, elle est rousse. Précision importante parce tel est pris qui croyait prendre, Sara n’est pas blonde donc et pas née de la dernière pluie de billets de 100 dollars : pendant que Neil se pose des questions existentielles sur son couple, notre charmante Sara tripote avec deux doigts le… clavier d’ordinateur de Neil. Et là, c’est le drame… elle découvre les manigances de Mozzie et Neil en devinant – mais oui on en revient au début de l’épisode c’est super malin un scénariste – le mot de passe de Neil. Dans une autre galaxie, Peter est content de sa mâchoire texane et va se manger un t-bone chez Flunch. Chouette épisode. Vivement le prochain. Ma tension monte aussi vite que la température en Bretagne.

Advertisements

À propos de Thomas Geha


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :