Touchés, pas coulés.

Je lis un livre en ce moment. Je n’avance pas très vite parce que je suis en « vacances » et que je grappille les lignes ici et là, parce qu’il est très épais aussi, et parce que le choc des derniers jours me bloque un peu. C’est un livre unique que je ne connaissais pas et que l’on m’a conseillé, ça s’appelle Vie et Destin de Vassili Grossman. Ce roman qui se déroule pendant la guerre 39/45 à Stalingrad a été écrit entre 1948 et 1962. Mais il n’a été publié qu’en 1980, censuré par les autorités soviétiques. Grossman a écrit ceci à Khrouchtchev quand son manuscrit lui a été enlevé : « Je vous prie de rendre la liberté à mon livre ». Il y a une littérature d’évasion, que l’on adore, que j’écris moi-même, mais aussi une littérature d’inquiétude, de mémoire, essentielle. Ne laissons pas les livres et l’expression des idées, la culture, être privés de liberté. Ne laissons pas, au nom de quoi/qui que ce soit, couper la voix des artistes, c’est le premier pas vers l’oubli, le déni de notre histoire, un premier pas de retour vers la barbarie.
Maintenant que j’ai dit ce que j’ai à dire, je vous souhaite une bonne journée.grossman

Publicités

À propos de Thomas Geha


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :