Suites Apocalyptiques (2)

Personne n’a encore trouvé le remède. L’univers ronronne près de chaque oreille, vieille mécanique rieuse, vieil organisme mystérieux.

Personne n’a encore trouvé le remède au délit de vie, celle qui pulse dans un lointain inaccessible, là-bas, là où ne vivent que les échos de notre conscience.

Nous sommes le sable entre une paume géante qui se joue du temps, de nos changements, de nos évolutions. Grain après grain, course inexorable. Un monde se forme, un monde luit, un monde bouge et bouillonne. Puis le temps se ternit. Tout se calme. Un grain s’effrite dans la nuit.

L’univers ronronne. C’est sans remède.

(Suites Apocalyptiques est une série de courts textes d’ambiances apocalyptiques publiés sur mon blog, pour le faire (re)vivre un peu, à raison d’un à deux textes par semaine) (Just for fun comme on dit) ; du texte, juste du texte, pas d’image, pas d’enjolivement, juste ce qui passe par la tête)

Publicités

À propos de Thomas Geha


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :