Suites Apocalyptiques (10)

Tracer la vie au fusain et dormir sous une courbe granulée. Donner un coup de gomme à la nuit et s’éveiller dans une pelure d’été. Moucheter de nuages cotonneux le ciel vide et s’étonner du vent libéré. Écrire une herbe verte, longue et tressée, dense aussi, et composer une ode sans périr. S’assoupir dans le foin coupé, jaune et rieur sous le cou, entendre un rire sans frémir. Bâtir au gré des ruisseaux et des vallons, des prés et des coteaux, ou grésillent les cœurs rouges de plaisir.
Retracer la vie à l’encre indélébile, et cette fois, sous la courbe solide, dans ce giron réinventé, dormir les mains sur le torse rassuré.

__________________

Si vous souhaitez recevoir directement par mail mes « Suites Apocalyptiques », c’est possible ! Il suffit de s’inscrire en envoyant un mail à thomasgeha@gmail.com.

(Suites Apocalyptiques est une série de courts textes d’ambiances apocalyptiques publiés sur mon blog, pour le faire (re)vivre un peu, à raison d’un à deux textes par semaine) (Just for fun comme on dit) ; du texte, juste du texte, pas d’image, pas d’enjolivement, juste ce qui passe par la tête)

Publicités

À propos de Thomas Geha


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :