Atelier d’écriture avec l’association Tout Atout !

Au mois de novembre, sur deux mercredis matins, j’ai eu le grand plaisir d’animer un atelier d’écriture en collaboration avec l’association Tout Atout, à Rennes. Si vous ne connaissez pas cette association, elle existe depuis la fin des années 90 et s’occupe de jeunes, de personnes qui ont besoin de lien social, de participer à une action collective, notamment autour des arts, pour se (re)mettre sur les bons rails. Et, franchement, ce que j’ai vu du fonctionnement de cette association m’a beaucoup plu. Des animateurs au top, comme Carine ou Solène, qui se démènent au quotidien pour des résultats concrets. J’ai été marqué (en bien, hein^^) par tous ces jeunes, tous très différents les uns des autres, pour plein de raisons, tous très motivés par les actions de l’association Tout Atout. Mes ateliers, en tout cas, se sont très bien déroulés, et j’en suis ravi, parce que faire écrire des personnes si différentes avec mes seuls mots comme guides, ce n’est pas si aisé, même quand, comme moi, on a déjà animé plusieurs fois des ateliers. Qui dit personnalités très différentes les unes des autres dit aussi niveaux très différents les uns des autres. Le challenge de les faire écrire en binôme était donc risqué mais, surprise, malgré le tirage au sort des équipes, tout s’est passé comme sur des roulettes. Bien sûr, pour certains l’atelier fut plus difficile que pour d’autres, mais tous ont mis la main à la pâte avec la même ardeur, et tous, au final, ont écrit, sur la thématique choisie, l’étrange. Une porte d’entrée sur les littératures de l’imaginaire, que certains participants connaissaient déjà un peu et avec de belles références, parfois !

Nous allons revenir à cette thématique de l’étrange, pas plus tard que maintenant.

Tout d’abord, il fallait choisir une méthode de travail. J’ai choisi de me baser sur un fait récent que tout le monde avait vécu récemment : l’apparition d’un ciel jaune au-dessus de la ville. Voilà une image que je trouvais amusante pour aborder le fantastique. Voici l’intitulé de l’atelier, comme je l’ai imaginé. Premièrement, en créant un portrait fantastique (inspiré du questionnaire de Proust) de son personnage (tout cela a ensuite été interprété à plusieurs niveaux, comme en témoignent certains textes), pour avoir une idée de qui l’écrivain en herbe mettra en scène :

Le portrait fantastique.

Je suis (un) :
Ma vertu préférée (exemple, le courage, l’amour…) :
À quoi je ressemble ?
Les principaux traits de mon caractère
La qualité que je préfère chez les humains ou non humains :
Mon principal défaut, ma principale qualité :
Ce que j’apprécie le plus chez mes amis
Mon occupation préférée :
Mon rêve de bonheur :
Quel serait mon plus grand malheur ?
Mes héroïnes ou héros :
Ma nourriture et boisson préférée :
Ce que je déteste par-dessus tout :
Le don de la nature que je voudrais avoir :
Ma devise :

Consignes de l’atelier :

Chacun choisit le nom d’un personnage, qu’il soit humain ou pas. Chacun choisit un lieu connu de Rennes. Des équipes de deux seront tirées au sort et devront enquêter ensemble sur le phénomène surnaturel qui entoure Rennes et que nous allons décrire. L’action devra se dérouler à Rennes et passer dans les lieux choisis par l’équipe. Les deux personnages également choisis seront les personnages principaux de l’histoire et devront respecter leur portrait !

« Sur Rennes le ciel est jaune depuis ce matin. Les informations disent que c’est le sable du Sahara qui est porté par le vent. Oui, mais il y a aussi cette odeur de brûlé… À la télé ou à la radio, on prétend que ce sont les odeurs des feux au Portugal qui arrivent jusqu’à nous. Oui, mais ? Mais si on nous mentait ? S’il y avait une sorcellerie cachée là-dessous ? Et si la ville était en grand danger ?

Plusieurs équipes vont donc devoir se former. Humains et/ou créatures de la nuit, créatures de la nuit associées, humains ensembles. Comme le temps est crépusculaire, anormal, les créatures de la nuit peuvent soudain marcher parmi les hommes. Humains et non humains, pour le meilleur ou pour le pire, s’associeront, interagiront, feront avec leurs différences et leurs ressemblances, pour comprendre le phénomène et l’arrêter. »

hdr

ça bosse chez Tout Atout !

 

hdr

Atelier

J’étais ravi, aussitôt, de voir que la thématique a emballé les participants à l’atelier, avec qui j’avais fait connaissance en discutant, au préalable, de ma « carrière » d’écrivain, de mes passions, de mes livres bien sûr, etc.  J’avais déjà pu jauger de la curiosité des participants, leur engouement et leur envie de bien faire. Ainsi, sur la première séance, nous avons tout mis en place, défini les portraits, écrit les synopsis, et la deuxième session fut donc entièrement consacrée à l’écriture proprement dite. Je suis allé d’équipes en équipes, pour les épauler, pour juger de leurs avancées ou de leurs difficultés. Un vrai bonheur, intense. J’ai été autorisé par les participants à partager quelques textes, qui n’ont pas été publiés dans le magazine de l’association, L’Hypocrite. En voici donc quelques uns, publiés avec l’autorisation de l’association et des jeunes auteurs : 

Texte n°1

Le 16 octobre dernier, Ouest France a publié un article expliquant l’origine du nuage jaune, et la forte odeur de brûlé qui s’est répandue sur Rennes. Mais dans le Journal des Elfes, nous vous donnons une toute autre version de cet étrange phénomène.
L’article raconte l’étonnant duel entre Sylus, un elfe et Edmor, un petit magicien malfaisant.

Edmor est un magicien rond, potelé, petit, qui ne se nourrit que de gras. Mais ce n’est pas son principal défaut : il est obsédé par les femmes !
Il vit dans la cave de “La Suite”, une boîte de nuit rennaise, car le soir, il devient invisible et monte sur la piste pour danser au milieu des filles en toute tranquillité.
Son “type” préféré ? Les filles Elfes ! Et justement, ce 16 octobre, se déroule à Rennes, le plus grand rassemblement elfique de France.
Sylus et Théodora font partie des mille elfes qui participent à la cérémonie d’émancipation qui a lieu tous les 500 ans à Rennes.
À cette occasion, tous les jeunes elfes deviennent adultes et peuvent se marier.
Tous les jeunes elfes sont alors répartis dans Rennes sauf Sylus et Théodora qui logent à l’Hôtel Pasteur.
La cérémonie d’émancipation est spectaculaire.
Le roi des Elfes souffle un énorme nuage jaune qui se projette sur les Elfes, les enveloppe et les endort doucement. Lorsque le nuage est parti, les elfes se réveillent petit à petit : ils sont devenus adultes.
Edmor est tombé amoureux de Théodora. Il prépare un plan machiavélique, il a décidé de l’enlever pendant qu’elle dort, de la mettre dans un sac et de la cacher dans la cave de la boîte de nuit, à l’aide de son pouvoir d’invisibilité. Son pouvoir est fragile car s’il est trop stressé, il redevient visible.
En arrivant à l’Hôtel Pasteur, il transpire beaucoup, il redevient visible, il doit se dépêcher. Il grimpe à l’étage de l’ancienne bibliothèque, ou dorment les Elfes. En voyant Théodora, il a un choc et redevient visible.
Du coup, très pressé, il jette son sac sur Théodora et la tire vers lui. Il veux l’emmener rapidement mais il se passe une chose qu’il n’avait pas prévu. Tous les couples d’Elfes sont reliés par un ruban ! Quand Edmor tire violemment Théodora, elle réveille aussitôt Sylus.
Edmor est prêt à prendre la fuite mais Sylus lui tape sur l’épaule, lui pose la main sur le front et l’ensorcelle.
Des étincelles commencent à jaillir du corps d’Edmor puis il prend feu.
Une odeur épouvantable de brûlé se répand dans la ville en se mélangeant au souffle du roi. Le ciel devient jaune.
Sylus et Théodora son sains et saufs. Par contre ils ont été réveillés pendant la cérémonie. Ils n’ont donc pas pu devenir adultes et devront attendre encore 500 ans avant de se marier !       Marie / Cécile

Texte n°2

 Tony photo, reporter à Étrange Magazine, est en forêt de rennes pour un reportage sur les créatures magiques de la forêt.
Il cherche donc à débusquer des korrigans ou des animaux sauvages, ce qui nécessite de la discrétion. Aussi lorsqu’il voit le ciel devenir jaune il panique mais se dit que, finalement, c’est une aubaine car cela va contrarier tous les habitants de la forêt. Il entreprend d’assommer la première créature venue, pour l’étudier.
Gérald, quant à lui Marchand de Sable de son état, membre de la confrérie éponyme (la Confrérie des Marchands de Sable) est parti en excursion pour récupérer le sable d’une cuve qui s’est percée, suite à l’alarme lancée par ses collègues. Son terrain de chasse attribué concerne le nord-ouest de la France et de l’Europe. En effet, des bruits courent que du sable s’est répandu dans le ciel… ce qui empêche la maitrise totale de son métier, dont l’objectif est de diffuser du sable auprès des enfants et des humains en général afin de les endormir.
Pendant ses recherches Tony entend un craquement. Pour ce défendre il ramasse une branche et la brise sur une ombre voûtée sur le sol. Il voit qu’il s’agit d’un individu ressemblant à un homme…
Une créature ? s’interroge-t-il !
Au bout de quelque minutes Gerald se réveille. Tony le questionne sur son identité : qui est il ? Et que sait-il à propos du ciel jaune… À ces questions Gerald lui donne son nom et sa fonction, il lui explique que le ciel jaune est dû à une cuve de sable percée. Il l’informe que son rôle était de le récupérer.
Après ces révélations, et alors que le ciel reprenait une couleur normale, une montgolfière arrive avec un ours a son bord… En voyant ça Tony se dit qu’il a peut-être inhalé du sable en trop grande quantité ! Gérald le rassure en lui disant qu’il s’agit de Nounours la mascotte de la confrérie ! Nounours s’approche et annonce à nos deux amis que le sable a été récupéré et la cuve réparée. Gerald s’en réjouit et propose à Nounours de raccompagner Tony jusque chez lui… Celui-ci, fasciné par cette rencontre inattendue, remercie la branche et leur demande s’il peut les accompagner comme photographe. Nounours et Gerald acceptent, au moins jusqu’au studio de France Bleu Armorique où ils vont donner une interview pour expliquer le phénomène de façon plausible et s’excuser de la gêne occasionnée.     Pierre G. / Antoine C.

Texte n°3

Tout a commencé quand le ciel est devenu jaune.
Au sud de Rennes, un homme se transforme en vampire. Ses yeux se cernent, ses vêtements se déchirent et deux canines apparaissent dans sa bouche. Il part chasser des humains pour boire leur sang.
Au même moment sur le campus de Villejean, un savant, un homme fou, donne des boissons énergisantes aux passants. Ces boissons sont empoisonnées et rendent les gens fous eux aussi. Son but est simple : détruire le monde.
Sans penser qu’un vampire rôde dans la ville et boit ce sang contaminé, l’homme fou poursuit son occupation préférée jusque dans le métro rennais. Le vampire, lui, subit gravement le poison présent dans le sang de ses victimes : douleurs, vertiges … Le plaisir de mordre n’est plus le même ! Il part donc à la recherche de l’homme fou pour que ce dernier arrête d’empoisonner tout le monde.
Il se met à sa recherche grâce à son puissant odorat, et trouve l’odeur du sang et la localisation de l’homme fou. Il se dirige alors vers le métro et rejoint la station de Villejean université.
Une fois arrivé sur place, il voit l’homme fou et n’a qu’une envie, lui sauter dessus pour le mordre. L’homme fou qui l’a repéré et voit qu’il se dirige vers lui, sort du métro où s’ensuit une course poursuite. Le vampire dissimule sa présence jusqu’au dernier moment où l’homme, se retournant d’instinct, se retrouve nez à nez avec ce dernier. Le vampire passe alors à l’attaque et remporte aisément la victoire. Puis il s’en va.
Le vampire disparu, les gens dehors ne remarquent rien et quatre heures plus tard, seuls ceux qui ont été mordus meurent.   Paul / Raphaël

Vous trouverez un autre texte dans le numéro sur l’étrange de L’hypocrite, paru hier. Enfin… si vous avez de la chance, parce que mon petit doigt me dit que le tirage est déjà envoie d’épuisement ! Je tiens en tout cas à remercier l’équipe de Tout Atout pour l’organisation de cet atelier, ainsi que les participants, qui se sont pris au jeu et m’ont accueilli avec gentillesse et chaleur humaine. C’était une expérience comme en rêve tout écrivain qui aime s’impliquer dans la vie sociale, par ses écrits. J’en veux pour preuve, notamment, ce petit mot, qui m’a fort ému, que m’a glissé Pierre au début de la deuxième séance, après avoir lu un de mes romans, Cent Visages, paru chez Rageot  :

bst

Je vous laisse avec quelques photos de L’hypocrite, prises chez moi. Parce que dedans, il y a le  texte que les participants ont choisi, par vote, de faire figurer dans le journal, et un article sur moi… Voilà, vous savez tout. Il n’y a plus qu’une seule chose à dire : Vive, l’écriture, et vive Tout Atout !

Et bonnes fêtes de fin d’année à tous !

Thomas.

Publicités

À propos de Thomas Geha

Ecrivain / Littératures de l'imaginaire. Voir tous les articles par Thomas Geha

2 responses to “Atelier d’écriture avec l’association Tout Atout !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :