Archives de Catégorie: Books

Caroline la première girafe.

caro girafe blleue


La nouvelle, laboratoire du démiurge.

cache cacheLa nouvelle : le laboratoire du démiurge.

Depuis quelques temps, je vois passer des articles, podcasts, interviews, etc., qui traitent d’un sujet que j’ai, moi-même, plaisir à explorer en tant qu’écrivain et cela même si au fond je le pratique peu : je parle bien entendu de la nouvelle. La nouvelle, ce type de création littéraire peu apprécié, en apparence, des lecteurs (néanmoins les succès, même relatifs, d’un recueil comme La Ménagerie de papier de Ken Liu, des nouvelles – ou novellas – publiées dans la collection Dyschroniques du Passager Clandestin, de celles désormais publiées au Bélial dans la collection Une Heure-Lumière, des recueils chez Mirobole ou Dystopia, peuvent venir contredire cette apparence) mais prisée des apprentis écrivains, voire des écrivains chevronnés. Lire la suite


Une île et quart sous la lune rouge.

une ile et quart

Une île et quart sous la lune rouge / novella en cours. (Reproduction interdite sans l’accord de l’auteur)

Mais aujourd’hui, malgré la nuit qui tombe doucement, calme, chaude, elle ressent ce besoin viscéral de revoir les pierres, un peu comme si son avenir en dépendait. Elle entend les murmures, lointains et tenaces, qui s’agrippent à sa peau, à son esprit. Ils fourmillent, se multiplient.

C’est un soir d’été comme tant d’autres. La lune se lève, timide et pâle, dans un ciel vide de nuages. Ariane court entre les fougères et les genêts à balais, dont les gousses tintent à son passage comme autant de serpents à sonnette ; sa foulée nue effleure à peine l’herbe rêche et moussue ; elle ne sent ni les échardes qui se fichent sous la plante des pieds, qu’elle ne chausse plus guère au grand désespoir de sa grand-mère, ni la piqûre des cailloux aux arêtes pointues. Son cœur bat la chamade, ses veines se gonflent de l’effort fourni. Sans hésiter, elle traverse le labyrinthique village. A cette heure, les insulaires se cachent derrière leurs hautes enceintes de pierre, ou de longues haies de sapins, qui les rendent invisibles aux yeux de tous. Les habitants de l’île aiment par-dessus tout rester dissimulés, comme s’ils gardaient chez eux les plus grands secrets de l’univers. Ariane a toujours pensé que ce sont ces haies et ces murs qui façonnent les passages et les chemins tortueux du village. Étroits et étouffés, ils combattent pour un maigre espace. Un jour, ils perdront, et chaque maison deviendra sa propre île.

Ariane s’arrête une vingtaine de minutes plus tard, à bout de souffle, alors qu’elle a retrouvé les espaces sauvages, les mains sur les hanches. Bouche ouverte, elle aspire une longue goulée d’air frais. La fatigue n’a toutefois plus aucune importance : les Deux Roches se dressent non loin d’elle. La lune a déjà retrouvé son lustre et brille de mille feux blancs et projette sa lumière sur les pierres. Dans l’obscurité qui s’installe toujours plus, les deux sentinelles se dressent encore plus haut, démesurées, fières. Fières qu’Ariane les rejoigne.


Imaginales 2014 : mon programme…

Hello à tous !

Un petit peu de promo pour les Imaginales, qui se dérouleront cette semaine à Epinal (dans les belles Vosges). Lire la suite